Bâtir la confiance, Donner du sens au futur

Les Echos 13.07.2016


Par Jean-Luc Fallou / Président de STRATORG Group et du Trust Management Institute   

Comment faire se lever les Français comme un seul homme contre un projet de loi ? En le taxant – à tort ou à raison – d’inégalitaire. Pourquoi des Américains modestes étaient-ils vent debout contre la réforme du système de santé de Barack Obama qui leur était pourtant destinée ? Parce qu’ils avaient le sentiment qu’elle écornait leur liberté économique.

Égalité, liberté de commerce... ces valeurs sacrosaintes, capables de mobiliser tout un peuple au-delà des clivages partisans, ce sont ce qu'on appelle des contrats invisibles. Pacte collectif tacite forgé par l'histoire, le contrat invisible est un outil qui a été développé pour décrypter l'ADN profond des organisations et les aider à définir et conduire leurs projets stratégiques.

Tout aussi effective à l'échelle d'un pays, la capacité de cette grille de lecture à révéler les ressorts intimes de la cohésion des groupes humains permet de comprendre un soubresaut populaire aussi radical que le Brexit, et de préciser le défi identitaire qui attend la France et l'Europe.

Les contrats invisibles procèdent de quelques moments clés dans l'histoire des nations et, pour la plupart des pays européens, la Deuxième Guerre mondiale en a fait partie. En France, le mythe de la Résistance, seul capable d'effacer la débâcle de 1940, est venu s'ajouter à l'idéal égalitaire de 1789.

Au Royaume-Uni, l'orgueil insulaire s'est trouvé renforcé par une perception héroïque de soi, "seul contre tous". Or, cette vision s'accommodait mal du déclin accéléré d'un pays qui, un demi-siècle auparavant était encore la première puissance impériale, commerciale et maritime du monde.

Tandis que la France et l'Allemagne, traumatisées par la défaite, bâtissaient l'Europe pour se défaire de leur passé, le Royaume-Uni, victorieux, mais relégué, tentait quant à lui de retenir le sien en cultivant un isolement hautain et un pragmatisme économique censé lui rendre sa richesse d'antan. N'ayant rejoint la CEE que dans cette perspective, ses objectifs se sont heurtés à ceux des autres membres et, pour une partie des Britanniques, la déception européenne a fini par se confondre avec une déchéance pourtant entamée bien avant 1974.

Ceux qui ont choisi le Brexit, ce sont les pauvres, les déclassés, les vieux, les sans diplôme, tous ceux qui ont un passé et pas d'avenir. Non pas qu'ils aient été trop bêtes pour comprendre les enjeux, comme l'affirment avec suffisance certains commentateurs, mais parce qu'eux, à la différence des jeunes, des Londoniens, des gens aisés et cultivés, n'avaient rien à perdre.

Pour eux, les bienfaits économiques - dont ils ne bénéficiaient guère - ne pouvaient l'emporter plus longtemps sur un désarroi identitaire exacerbé par la question de l'immigration. À travers eux, c'est le contrat invisible issu de la guerre - cette fierté d'un peuple retranché dans son inexpugnable forteresse - qui s'est vengé d'avoir été trop longtemps ignoré. Car le Brexit est bel et bien un acte de vengeance, soit un geste irrationnel, désespéré, sans lendemain et, littéralement, réactionnaire.

L'enseignement majeur du Brexit est que l'on n'efface pas le naturel des peuples, qui finit toujours par resurgir. C'est pourquoi il nous faut d'urgence traiter la question fondamentale de l'articulation entre identités nationale et européenne.

Dans un monde où l'individu est de plus en plus livré à lui-même, l'identité nationale reste un refuge et un repère que l'on ne saurait nier. Il ne faut ni la mépriser ni la considérer comme un obstacle ou une relique des temps obscurs, mais l'intégrer à un modèle qui ne doit plus être un choix, mais une superposition harmonieuse entre appartenance nationale et européenne.

Plus vieux pays du continent, et celui dont les contrats invisibles sont les plus anciens et les plus forts, la France peut mieux que quiconque comprendre l'importance de cet enjeu et prendre la tête de la nécessaire réflexion sur ce qui unit les Européens au-delà de leur refus originel et absolu de la guerre.

Pour que les Européens se réapproprient un projet qui leur échappe, il nous faut redéfinir par la démocratie ce qui fait que nous formons ensemble, par-delà nos vieilles frontières, une même société où chacun peut trouver sa place, aussi modeste soit-il. En dehors de ce socle partagé et réaffirmé, aucune construction ou reconstruction de l'Europe ne sera viable. Car, alors, d'autres vengeances populaires seront inévitables.